Amulette Oeil Divin

Promotions

Amulette Oeil Divin : Prospérité

Nouveau

Imprimer

Amulette de cristal poussé en l'abreuvant de prières et de bénédictions plusieurs semaines.
Entouré de condensateurs alchimiques, plantes, résines rares puis peint avec des encres alchimiques.
Processus long, complexe faisant intervenir de nombreuses compétences. Deux modèles : rond ou coeur

Coup de pouce "prospérité". Vendue avec le matériel d'activation

Voir l'article sur sa conception plus bas

Plus de détails

35,00 €

  • Rond (plutôt masculin)
  • Coeur (plutôt féminin)

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 3 points de fidélité. Votre panier totalisera 3 points pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 1,50 €.


Amulette fabriquée à partir d'un cristal que j'ai fait pousser en l'abreuvant de prières et de bénédictions durant plusieurs semaines.
Il est entouré de condensateurs alchimiques, de poudres de plantes, de résines rares puis peint avec des encres alchimiques.
Le processus est long, complexe et fait intervenir de nombreuses compétences.

Deux modèles : rond (homme) ou coeur (femme)

Coup de pouce "prospérité". Vendue avec le matériel d'activation

Les structures cristallines : définitions

 

            « La structure cristalline (ou structure d’un cristal) donne l’arrangement des atomes dans un cristal. Ces atomes se répètent périodiquement dans l’espace sous l’action des opérations de symétrie du groupe d’espace et forment ainsi la structure cristalline. Cette structure est un concept fondamental pour de nombreux domaines de la science et de la technologie. Elle est complètement décrite par les paramètres de maille du cristal, son réseau de Bravais, son groupe d’espace et la position des atomes dans l’unité asymétrique la maille[1]. »

 

            Pour comprendre la répartition des structures cristallines, le carré sert de base de comparaison.

            Dans le système cubique, les atomes se répartissent selon un schéma très régulier, les trois axes dimensionnels se coupant à angles droits parfaits.

            Dans ce système, le cristal rayonne harmonieusement dans toutes les directions. Cette structure se retrouve chez le diamant, la fluorite et l’halite (sel) par exemple.

            Dans le système quadratique, les trois axes se coupent à angles droits, comme pour le système cubique. Toutefois, l’axe vertical est à longueur variable par rapport aux deux autres.

            Dans ce système, le rayonnement se fait dans toutes les directions mais l’axe vertical étant mis en avant, il favorisera la relation ciel-terre.

            Dans le système hexagonal, les axes du plan horizontal se coupent avec un angle de 60° tandis qu’avec l’axe vertical ils forment un angle de 90°.

            Ce système cristallin permet à la pierre d’être très structurée, organisée harmonieusement. Quelques cristaux du système hexagonal : Morganite, Héliodore, Aigue-marine, Apatites, Sugilite, Émeraude...

            Dans le système rhomboédrique ou ternaire, la maille élémentaire est un rhomboèdre dont les six faces sont des losanges égaux. Les trois axes se coupent donc selon un angle de 120°.

            Ce système cristallin présente les mêmes dispositions à la structure harmonieuse mais plus tournée vers l’esprit et la spiritualité. Quelques cristaux du système rhomboédrique : Aventurine, Héliotrope, Tourmalines, Quartz (blanc, fumé, rose...), Rhodocrosite, Cornaline, Rubis, Citrine, Jaspes, Calcite, Améthyste, Calcédoine, Herkimer, Hématite, Onyx, Saphir, Chrysoprase...

            Dans le système rhombique ou orthorhombique, les axes se coupent à angles droits. La différence avec le cubique et le quadratique vient des différences de longueur des axes.

            Selon l’axe qui sera le plus long, l’une ou l’autre des directions sera privilégiée. Quelques cristaux  du système orthorhombique : Topazes, Prehnite, Tanzanite, Aragonite, Cordiérite, Célestite, Péridot...

            Dans le système monoclinique, les axes horizontaux se croisent à angles droits. L’axe vertical croise les axes horizontaux avec un angle différent donnant l’impression que la maille se décaler vers haut ou le bas selon l’angle de vue.

            Ce système cristallin dispose d’un rayonnement équilibré sur le plan horizontal mais d’une modification verticale, comme une adaptation nécessaire aux conditions extérieures. Quelques cristaux du système monoclinique : Pierre de Lune, Charoïte, Kunzite, Azurite, Jades, Malachite...

            Dans le système triclinique, les quatre axes se coupent avec des angles différents de l’angle droit. Les axes horizontaux créent deux angles différents mais identiques par paires opposées. La maille donne l’impression de se décaler verticalement (comme le monoclinique) mais aussi horizontalement.

            Quelques cristaux du système triclinique : Cyanite, Amazonite, Labradorite, Turquoise, Pierre de Soleil...

            Le système cristallin dit « amorphe » (même si en fait c'est l'absence d'un système cristallin) correspond aux minéraux cristallisés rapidement ou sans pression. La maille n’a pas eu le temps de se former et le minéral ne présente pas d’organisation particulière. Il s’agit souvent de lave en fusion ayant refroidi très vite en remontant vers la surface.

            Quelques « cristaux » du système amorphe : Chrysocolle, Moldavite, Opales, Ambre, Obsidiennes...

 

Les structures cristallines : utilisations en magie

 

La structure cristalline va déterminer deux choses utiles en magie : la charge et l’émission de « l’énergie ». Pour simplifier, utilisons l’analogie de l’armoire. Chaque cristal est une armoire pour ranger des documents et des souvenirs. Les tiroirs de cette armoire et la manière dont ceux-ci vont s’agencer sont représentatifs de la structure cristalline.

             La structure hexagonale aura des tiroirs de plusieurs tailles et bien rangés, bien organisés avec des étiquettes dessus pour que celui qui cherche une information la trouve facilement.

             A l’inverse, la structure « amorphe » n’aura pas un seul tiroir semblable à un autre et rien n’est organisé, rien n’est classé mais il est facile d’y mettre quelque chose vite fait en passant.

             Le système quadratique est allongé avec des tiroirs étroits mais hauts. Seuls certains documents s’inséreront facilement dans ces tiroirs hors normes. Les autres systèmes auront des tiroirs différents également avec des classements spécifiques des informations selon son système.

             Celui qui nous intéresse ici est le système cubique. L’armoire est aussi haute que large et profonde. Elle est donc particulièrement stable même si elle est encombrante. Les tiroirs ont tous la même taille, sont tous accessibles et bien organisés.

 1. La charge : Un cristal absorbe et émet de l’énergie, des informations quantitatives et qualitatives. Selon l’agencement de sa structure l’absorption de l’énergie est différente. La structure cubique et amorphe absorbent très bien, plus que les autres mais la cubique classe ce qu’elle reçoit tandis que l’amorphe met tout en vrac.

 Les autres structure absorbent très bien également mais vont êtres sélectives quand aux informations stockées. Celles-ci doivent êtres de même nature que les tiroirs (comme pour le jeu d’enfants où il faut mettre les cubes dans le trou carré).

 2. L’émission : De la même manière que la charge, l’émission est influencée par la structure cristalline. Le cubique émettra harmonieusement dans l’espace et le temps alors que l’amorphe va émettre anarchiquement dans toutes les directions et de manière inégale dans le temps.

 Les autres structures ont une émission directionnelle. C'est-à-dire qu’elles auront une ou plusieurs directions vers lesquelles elles vont émettre. Il suffit de faire tourner le cristal en cherchant au pendule sa position de meilleure influence. Le cubique est si régulier que le pendule n’indiquera aucune direction particulière. L’amorphe affolera le pendule tandis que les autres structures ont une ou deux (parfois plus) directions privilégiées.

 

Les structures cristallines : le problème des origines

 

            Un quartz provenant des Vosges et un autre provenant d’Inde n’ont pas la même origine géographique mais partagent la même structure cristalline et la même composition. Pourtant ils ne fonctionnent pas de la même manière. Le terroir à une grande importance parce qu’au cours de sa très longue et lente croissance.

 L’information ne se loge donc pas dans la composition du cristal mais dans les mailles cristallines qui engrangent les informations au fur et à mesure de leur croissance.

             Un cristal, quelle que soit sa taille, reste connecté au « grand esprit du cristal » (ou esprit-groupe, égrégore, âme…). La purification, aussi profonde soit-elle, ne pourra pas effacer cette connexion. La conséquence est qu’un jour ou l’autre, le cristal effectue un « reboot system » en retirant de force toutes les informations du cristal pour reprendre sa programmation d’origine.

             C’est pour cela que l’utilisation des cristaux en magie et en lithothérapie est si délicate, ils demandent une attention régulière. Ils doivent êtres testés, purifiés et programmés souvent puis revérifier les charges etc.

 

Les structures cristallines : la cristallogenèse

 

            Cristallogenèse : « Science qui étudie la croissance des cristaux, à partir du bain fondu par refroidissement progressif, par transport en phase vapeur (par sublimation et condensation ou par réaction chimique entre vapeurs), à partir de la solution (par décroissance lente de la solution saturée), par électro cristallisation (au cours d'un dépôt électrolytique). »

             Les chinois appliquent très bien le principe de la cristallogenèse en fabriquant du quartz rapidement en laboratoire. Ils oublient juste souvent de préciser que ce sont des cristaux de synthèse et là, l’utilisation en énergétique est complètement différente.

             L’information se « stock » durant la croissance de la structure cristalline. Celle-ci se faisant rapidement, la même quantité d’informations que celle recueillie en plusieurs centaines d’années dans la nature est absorbée en quelques jours ou en quelques semaines en laboratoire.

             Mais ce problème est aussi un avantage considérable quand on s’approprie le processus en énergétique et en magie.

 1. En faisant pousser un cristal, celui-ci n’est plus raccordé aussi fortement à son esprit-groupe. Le risque de reboot est donc quasi nul.

 2. En faisant pousser son cristal lentement il est possible de lui « implanter » une information au cœur de sa structure cristalline. Celle-ci sera tellement bien en place qu’elle sera particulièrement difficile à déloger.

3. Selon la structure choisie pour son cristal, il est possible de choisir l’action de celui-ci dans son émission.

             Ne rêvons pas, à notre petite échelle il n’est pas possible de faire pousser des rubis ou des diamants ! Toutefois, une application relativement simple est possible si on s’en donne les moyens et le temps.

 

Une application de la cristallogenèse : les amulettes « œil divin »

 

1. Le cœur de cristal.

 Chaque amulette renferme un cœur en cristal. Il s’agit d’un cristal de halite (sel gemme) qui a été béni et dissout durant le processus de bénédiction de l’eau.

 J’ai choisi le sel pour plusieurs raisons :

 -          Il absorbe particulièrement bien les charges.

-          Il est naturel.

-          Il se dissout facilement.

-          Il est de structure cubique.

-          Les propriétés magiques sont connues.

 

L’eau bénite est ensuite placée dans des conditions de cristallogenèse par évaporation. Pour cela, l’eau est mise dans un bocal haut dans un lieu sans vibrations pour ne pas gêner les tensions de surfaces des cristaux. Si le bocal subit des vibrations, les cristaux seront petits et nombreux au lieu de se rassembler en grosses pièces.

 Des germes de cristaux sont ajoutés en suspension dans la solution pour donner un terrain privilégié de croissance aux cristaux.

 Le bocal est recouvert par une feuille de papier pour permettre l’évaporation lente et régulière de l’eau.

 Lorsque l’eau s’évapore, la solution se concentre en sel. Lorsque la solution dépasse le seuil de saturation, les cristaux n’ont plus de place dans la solution et vont précipiter sur le terrain le plus favorable.

 Le processus est long (deux à trois semaines) et donne quelques beaux cristaux pour beaucoup de pertes. Si l’évaporation est trop rapide, les cristaux seront microscopiques… il faut donc prendre son temps.

 Et autant mettre ce temps à profit ! Comme les cristaux en pousse sont gourmands d’énergie et d’informations, autant leur donner celles qui feront les propriétés du cristal final.

 Pour cela, les praticiens de Reiki transmettront souvent cette énergie. Les chrétiens feront des prières de bénédiction. Les païens se serviront de leurs baguettes pour diriger l’énergie vers la solution. Les mages projetteront de l’énergie planétaire ou élémentale vers les cristaux en formation…

 

2. le problème du cristal

Le cristal de sel présente de nombreux avantages mais aussi un inconvénient de taille. Il garde son énergie une fois acquise. Bien que de structure cubique, il rayonne très peu. La charge est donc facile mais la restitution de celle-ci est compliquée.

 Pour cela, j’entoure le cristal obtenu dans un condensateur alchimique solide. Un condensateur est une substance absorbante et rayonnante d’une énergie donnée. Le condensateur va donc absorber la charge du cristal et la faire rayonner vers le porteur. Le cristal ayant été crée et implanté par une charge constante durant sa cristallisation, ce dernier va se recharger avec le même type d’énergie pour ensuite la transmettre à nouveau au condensateur etc.

 

3. Une coque de protection

 

Pour garantir la protection physique du cristal, une coque en argile naturelle entoure le cœur. L’argile est mélangée à des élixirs alchimiques et des poudres de plantes partageant la même énergie que le cristal.

De plus, pour garantir la sécurité énergétique du cœur, des plantes purifiantes sont rajoutées dans l’argile. Cette argile sera mise à fermenter un peu à la manière des céramiques informées. L’énergie absorbée par le cristal sera donc naturellement pure.

J'en profite pour rajouter mon poinçon pour authentifier l'amulette...

 

4. Un symbole magique

 

L’argile est mise à sécher lentement puis peinte avec plusieurs couches de condensateurs alchimiques colorés (de même nature que l’énergie du cristal) sous la forme d’un œil (au dos est apposé mon sceau afin d’en garantir l’authenticité). Les condensateurs vont amplifier l’énergie magique du cristal et faire office de filtre à énergies.

             Le tout est ensuite protégé par un vernis écologique à base de gomme arabique et d’oliban pour ne pas bloquer les échanges énergétiques. L’usage de ce vernis le rend plus fragile qu’avec un bon gros vernis chimique mais ce n’est pas le but recherché ! L’amulette devra donc éviter l’eau et ne pas être portée directement à même la peau.

 

            5. Montage en bijoux

 

            Une fois l’œil terminé, il est placé dans un bijou pour allier efficacité avec praticité, élégance et discrétion.

 

            6. Bénédiction et consécration finale

 

            Une fois le bijou terminé, une dernière bénédiction et consécration sera appliquée sur l’autel d’une divinité en rapport avec l’énergie du cristal.

 

            7. Personnalisation et utilisation de l’œil divin

 

            Pour utiliser un œil divin, il doit être personnalisé et accordé à l’énergie du porteur. Pour cela, un petit rituel de sept jours (une heure par jour) est à appliquer au pendentif. Le matériel est fournit avec le pendentif.