Catégories

La saga de l’été : épisode 2 « la thérapeute en fauteuil roulant »

Publié le : 19/09/2018 15:33:33
Catégories : Lectures et généralités , Thérapie

Gourou y es-tu ?

La saga de l’été : épisode 2 « la thérapeute en fauteuil roulant »

 

Souvenir personnels, recherches et expériences de l’auteur, voici un récit décalé du monde thérapeutique d’aujourd’hui…

 

Mon parcours avec les thérapies alternatives débute en 1998 dans la campagne profonde de l’Alsace, à une époque où il fallait encore acheter des livres pour apprendre des choses car internet commençait à se développer. Je me souviens encore avec émotion du bruit électronique du modem cherchant à se connecter à internet avec un débit d’escargot surgelé. À l’époque (voilà je parle comme un ancien !), les sites de fausses nouvelles ou de désinformations n’étaient pas à la mode (pas encore rentables). Aussi, les quelques sites présents inspiraient confiance.

 

J’ai toujours eu une santé fragile, rien de grave mais tout de même fragile. Donc je cherchais des renseignements sur une méthode qui me permettra de me prendre en main par moi-même. En effet, la médecine de la campagne se résumait à « c’est un ado, il se cherche », « il doit faire une poussée de croissance », « je vais lui manipuler et faire craquer les cervicales, j’ai fait un stage de deux jours (médecin généraliste) ». Finalement il m’aurait suffi d’arrêter le lait et tout aurait été différentJ. Mais déjà en ville c’était difficile d’avoir des thérapeutes compétents, je vous laisse imaginer dans la campagne profonde… (ça n’a pas beaucoup changé d’ailleurs dans ce coin !).

 

Mais en 1998, ma vie change, je fais ma formation professionnelle à Strasbourg, la « grande ville ». La référence ésotérique était une boutique rosicrucienne près de la gare. J’y passais donc beaucoup de temps. Happé par l’organisation régente je flirtais avec les théories rosicruciennes teintées de New-age à la sauce « grands secrets d’initiés »… Passé deux ans à courir après des carottes je finis par comprendre que leurs documents secrets ne recèlent rien d’autre que la démonstration d’un marketing bien rodé. J’ai bien eu la « révélation » promise mais pas de la nature attendue… j’ai révélé ma véritable nature d’âne naïf (rire solitaire).

 

Toutefois, au fil des lectures je découvre le Reiki et demande à m’y faire initier par un « maître » (naïveté juvénile). Je suis présenté à l’un d’eux et me fais initier aux 4 degrés. Oui, déjà à l’époque on divisait au maximum les initiations pour un maximum de rentabilité… chaque initiation coûtant le double de la précédente. L’état de santé et les finances de mon « maître » auraient pu me mettre la puce à l’oreille sur le business tournant autour du Reiki… mais quand les sirènes savent chanter, les marins sont envoûtés. Me voilà donc maître enseignant Reiki en 4 week-ends… Heureusement que je vivais dans le nid familial pour me permettre cette dépense (en deux ans) payable en espèces uniquement et sans reçu ni facture.

 

Au fil des années j’ouvrais les yeux et me disais que si ce que mon maître enseigne fonctionnait réellement, son niveau de vie et sa santé seraient tout autres. Je décidais donc d’aller voir un maître plus compétent. L’une des personnes ayant été initiée au Japon dès le début du Reiki « moderne ». Là aussi, tout est payé en espèces uniquement… J’en profite pour apprendre l’iridologie et le Shiatsu avec lui. Pas de chance, je n’ai pas pu finir ma formation puisque mon formateur sera incarcéré pour abus de confiance, viol et probablement exercice illégal de la médecine. Il faut dire que sa clientèle, essentiellement féminine, n’a pas trop appréciée d’avoir des cristaux insérés dans le vagin lors de séances de lithothérapie…

 

Je me suis donc tourné vers le magnétisme classique. Là les formations n’étaient pas encore à la mode donc j’ai appris par-ci par-là comme je pouvais. Puis, dans une double page du Biocontact (revue gratuite sauf pour les publicités) je découvrais une méthode de magnétisme révolutionnaire… s’il peut se permettre une double page de publicité c’est que sa méthode doit fonctionner. Aller je me lance.

 

Bon, à 2 500 € les 5 jours j’ai tout de même hésité un an… je visais le dernier niveau (le 5e) sachant que le dernier est l’équivalent des quatre premiers. Un rapide calcul… 2500x4 = 10 000 €. Pas mal pour 25 jours de formation (plateau-repas froid inclut tout de mêmeJ). Et plusieurs personnes se sont réservées un mois entier pour suivre la formation complète en faisant un crédit de 20 000 €.

 

Je fais ma première semaine. On y apprend les bases de la radiesthésie. 5 minutes plus tard il fallait maîtriser le pendule (!). Pendant le repas, démonstration des produits inventés par l’homme-messie. Il précise que tout est en vente dans son école et que si c’est en espèce il n’y a pas besoin de payer la TVA. La salle se vide, tout le monde court vers les distributeurs de la rue. Comme ils sont pris d’assaut, nous décidons d’aller dans une autre rue avec une amie. Bien sûr, des campagnards lâchés dans Paris finissent par se perdre. Mais grâce au pendule nous avons retrouvé notre chemin. Pas peu fier nous annonçons cela au formateur. Très fier de nous il propose très sérieusement à mon amie de devenir le « moule » de son enfant. Il sait comment incarner toutes ses qualités dans un fils (car les filles ne sont pas de bonnes thérapeutes) mais il lui faut un moule… oui oui oui je vous laisse vous remettre de la dernière phrase !

 

Le cours se poursuit par le matériel médical dont il faut s’équiper. La tenue est essentielle pour être crédible face aux pigeons, pardon, face aux patients. Mais « prenez bien garde à prendre une blouse avec poche intérieure pour y mettre les billets des paiements en espèces ».

 

Puis démonstration du potentiel de gain en s’installant à son compte. Il fait la liste du matériel nécessaire (environ 200-300 €) puis il calcule 5 clients par jour à 80-100 €, 4 jours par semaine en travaillant trois semaines par mois. Résultat environ 10 000 € par mois. Il ne faut pas encaisser moins de 100 € parce que nous sommes des « techniciens » et il faut 3 séances réparties sur 15 jours. Il omet (volontairement ?) de parler des taxes, impôts, loyers, frais comptables etc.

 

Puis vient une heure de conseils pour éviter de se faire attaquer pour exercice illégal de la médecine… il connaît son sujet, il a déjà été poursuivi pour avoir vendu du lapacho en promettant la disparition du cancer.

 

Enfin, enseignement de la stratégie pour avoir des patients ; embaucher une personne âgée pour faire le tour des parcs publics et repérer les autres personnes âgées afin de leur vanter vos mérites. Bien sûr il aura vos cartes de visite « par hasard » sur lui. Toutes les 10 personnes qui se recommandent de lui il aura droit à un soin gratuit chez vous…

 

Le vendredi, c’est remise des diplômes (même pour les nuls) avec champagne ; Bien sûr l’étiquette du champagne est à l’effigie du maître !

 

Le pire c’est que sa méthode fonctionne très bien. Même si ça ne dure pas dans le temps… mais c’est mieux comme cela puisqu’un patient guéri est un client qu’on ne revoit plus.

 

Voilà comment une personne refuse toute prise en charge médicale lors d’un cancer. Elle est soignée par un très bon magnétiseur ! Une fois métastasé le cancer se rappellera tout de même à la bonne conscience du malheureux patient.

 

En bref, ces approches énergétiques soignent bien les symptômes mais négligent souvent les causes. Heureusement la langue des oiseaux et le symbolisme des maladies nous permettent de tout comprendre. J’ai fait trois stages pour comprendre comment manier cette langue. Devant l’abrutissement général de l’assistance je démontrais qu’une interprétation peut être totalement différente de celle du formateur… L’un des formateurs n’a pas apprécié que mon « incarnation précédente d’inquisiteur principal de l’Église catholique » soit encore aussi présente dans mon incarnation actuelle. Je dois d’abord travailler à résoudre cette incarnation pour comprendre la subtilité de son enseignement… C’était très habile car tous les participants étaient alors persuadés d’avoir résolu toutes leurs incarnations (il ne le remettait pas en question). Toujours les sirènes et les marins !

 

Petit tour vers la sophrologie. J’ai adoré les cours théoriques, les niveaux de conscience, les ondes cérébrales etc. Au moment du stage pratique de 5 jours, le formateur nous explique le training autogène, la sophrologie dynamique, l’échelle de stress, les inductions etc. en 3 heures ! Le reste du temps (4,5 jours) sera consacré à des cours de yoga parce qu’il revenait d’inde et y a eu une révélation… Après-tout, sophrologie et yoga c’est pareil !

 

Allons plus loin dans la causalité. Avec l’EFT on agit directement sur le traumatisme émotionnel. Franchement, j’étais sceptique et j’abordais la formation d’un œil critique (toujours cette fichue incarnation d’inquisiteur !). Mais j’ai eu la chance de tomber sur une super formatrice (Marion si tu me lis !). J’en ai même fait ma profession un temps. Puis le stade « ultime » est le Matrix reimprinting. Aller dans la matrice énergétique pour réparer l’événement traumatique, pas uniquement le libérer. Sur le papier c’est parfait. Dans les faits il s’agit d’implanter un nouveau scénario non traumatique à la place du souvenir pathologique. Après de nombreuses discussions autour de l’éthique de cette démarche j’ai choisi de ne plus pratiquer.

 

Puis dans une démarche plus énergétique j’ai suivi la formation de Theta healing niveau 1 et 2. Habitude classique résiduelle des années quatre-vingt, le petit cercle où chacun expose ce qu’il fait comme pratique énergétique… et massage des pieds à l’huile essentielle d’encens. Heureusement ce jour-là personne n’était allergique ! Puis explications très sommaires sur les ondes cérébrales (la base de la technique tout de même) et les états de conscience associés. Petite méditation pour passer en ondes cérébrales Theta en 30 secondes… Tout le monde se congratule de cette révélation et de nos nouvelles compétences. Les ondes theta correspondent à la méditation profonde et au sommeil paradoxal, si j’avais su que c’était aussi simple j’aurai expliqué cela aux bouddhistes qui passent leur vie à essayer !

 

Soit, passons puisque tout le monde y est arrivé (rire jaune). C’est le moment des exercices en duo. Pipeau sur pipeau ! Mes collaborateurs m’ont effacé tout mon karma, toutes mes mémoires traumatiques, ils ont guéri mon âme etc.

 

Je fais alors remarquer que la méthode n’est qu’un vague édulcorant New-age de la Science Chrétienne de Mary Baker Eddy… mais à nouveau c’est moi qui n’ai rien compris.

 

Pris par le temps nous n’avons pas pu recoder notre ADN en groupe. « Pas de problème, vous le ferez à la maison, vous verrez c’est simple ! ». Nous venions d’apprendre que nous pourrions sauver toutes les maladies génétiques du monde.

 

Quand j’ai fait remarquer qu’elle se vantait de pouvoir « ralentir le temps » une fois en ondes theta et que ce serait le moment d’en faire la démonstration pour recoder notre ADN, tout le monde m’a ri au nez (???).

 

Je vous passe les formations en soins quantiques etc.

 

Mais le pompon c’est la thérapeute en fauteuil roulant. Avec toutes mes expériences, j’ai un détecteur à gourous foireux dans le nez et je le pensais infaillible. Mais elle est tellement talentueuse que je me suis fait avoir. J’ai donc été contacté par une grande dame de la médiumnité (Voir l’article sur la voyante aveugle) qui voulait distribuer mes produits.

 

Renseignements pris, elle change de fournisseur après s’être méchamment pris la tête avec le précédent et celui d’avant, tous des alchimistes… Après moi elle a pris un autre fournisseur mais ne tardera pas à se fâcher avec elle… probablement puisqu’elle ne paye pas ses dettes. Elle prend donc les produits et les recommande partout puisque convaincue de leur efficacité (après utilisation).

 

Elle m’annonce soigner des cas graves et lourds. Elle est tellement connue que Luc Besson est passé sur sa table. Juste après le soin il a eu l’inspiration et a sorti « Lucie » grâce à elle. (Luc, si tu lis cet article n’hésite pas à confirmer).

 

Elle aurait de grandes connaissances de l’anatomie occulte, transmises par son professeur d’hermétisme. Ces connaissances lui permettent de faire des miracles.

 

Oui mais voilà, elle est en fauteuil roulant, paranoïaque, grande fumeuse, obèse à la peau écailleuse et aux cheveux secs, ternes et cassés… heureusement c’est « une ancienne esthéticienne qui sait se mettre en valeur et sa grâce lui vient de son passé de danseuse » (MDR). De plus elle tient plus de la schizophrénie (elle entend des voix) que de la médiumnité puisqu’elle se trompe tout le temps.

 

 

En résumé, « faites ce que je dis mais pas ce que je fais ». Même sa fidèle assistante ne croit plus en rien à force de la côtoyer en coulisse et de se confronter à sa grotesque attitude. Mais il faut bien gagner sa vie… l’intégrité personnelle est remisée juste sous la culpabilité qui finira par passer avec le temps.

 

Cela dit, elle est dans cet état de délabrement parce que « quelqu’un » lui a jeté un sortilège de mort auquel elle a échappé grâce à ses grands pouvoirs… Bien sûr c’est son professeur d’hermétisme qui lui a dit.

 

Toutefois, son charisme fait qu’elle dispose d’une armée de petits soldats qu’elle manipule selon sa volonté. À côté d’elle, l’homme de la double page dans le Biocontact est un petit joueur. Même une psychologue diplômée est tombée dans le panneau. Ou alors elle joue le jeu de la rentabilité car elles s’envoient mutuellement leurs « patients ».

 

Alors comment font ces « thérapeutes » pour berner leur clientèle ? Voyons quelques points en détail.

 

1. Trouver des clients fragiles. Ce sont généralement des personnes mal dans leur peau, fragiles psychologiquement (même temporairement) ou physiquement. Ce sont ceux pour lesquels la médecine ne trouve rien et après un parcours multidisciplinaire il ne reste que l’approche psychologique. Souvent les patients refusent la possibilité d’un trouble psy et se tournent donc vers des thérapies alternatives. Le problème c’est que dans cette sphère alternative, les diplômes sont en bonbons et les certifications acquises en un week-end…

 

Même le bouche-à-oreille est délicat puisqu’un patient fragile (et qui se fait berner) va recommander le thérapeute à un autre patient fragile.

 

Certains thérapeutes sont de bonne foi, ils font ce qu’on leur a appris (en 2 jours) mais sans travail sur eux-mêmes ils font de multiples projections sur leur clientèle.

 

2. Des techniques si subtiles qu’elles sont invérifiables. Que ce soit avec des « énergies » subtiles ou des « corps subtils », impossible de vérifier l’effet ou l’action. Entre l’effet placebo, l’effet blouse blanche, les souvenirs et les ressentis induits (théorie de la séduction de Freud) le « patient » peut aller beaucoup mieux (pour un temps).

 

Et même si le patient va plus mal, le thérapeute annoncera « ça travaille » ! Oui mais quoi ? Sur quoi ? Combien de temps ? A quoi s’attendre ? Si ce dernier ne sait pas répondre à ces questions, fuyez !

 

3. Écrire un scénario. Quelle que soit l’histoire que va raconter le thérapeute, le patient est trop content d’avoir une réponse à ses questions, même si ces réponses sont invraisemblables. Le thérapeute prend alors le rôle du « sauveur », même si son comportement est étrange. Tout cela vaut bien les 1 200 € des soins !

 

4. L’appartenance à un groupe. Le thérapeute fait souvent parti d’un réseau d’autres thérapeutes qui se recommandent l’un à l’autre. Ils ont également de (trop) nombreux « patients » qui vivent la même chose et qui stimulent l’instinct grégaire. Ils se retrouvent enfin entre personnes qui peuvent se comprendre. Et dans ce cas, le thérapeute est le gourou du groupe informel. Il organise des stages, des conférences, des sorties initiatiques entre eux comme cela pas besoin d’être performant, le public est déjà conquis.

 

Quelques conseils de bon sens pour choisir un thérapeute :

 

1. Les vrais et bons thérapeutes sont rares. Ils ne font pas de publicités, pas de shows, pas de buzz pour se faire voir. Ils ne se cachent pas pour autant et leurs résultats sont vérifiables. Ce ne sont pas des résultats « ressentis ».

 

2. S’il vous promet d’arriver là où tous les autres ont échoué, méfiez-vous ! Le vrai thérapeute sait quand il doit s’arrêter et ne fait pas de promesses.

 

3. Ne vous fiez pas uniquement à sa clientèle et aux avis. Celle-ci est souvent sous l’emprise du thérapeute ou de ses propres transferts émotionnels.

 

4. Restez ouvert pendant la consultation mais pas dupe non plus… gardez l’esprit critique tout de même.

 

5. Apprenez à repérer les opérations marketing. S’il vous diagnostique un trouble sur je ne sais quel plan énergétique, demandez deux autres avis auprès de deux personnes qui ne se connaissent pas.

 

6. Consultez des professionnels installés officiellement et consultant sous leur véritable identité. Ce n’est pas une garantie de sérieux pour autant mais vous aurez un recours juridique en cas de problème.

 

Bien sûr, la dernière partie est schématisée pour grossir le trait. Mais le fond est exact et on comprend pourquoi les instances officielles surveillent ce milieu de près.

 

Le prochain épisode : l’exorciste-mage qui sait faire peur !

Partager ce contenu