Promotions

Le vampirisme énergétique et émotionnel

Publié le : 04/03/2020 16:38:10
Catégories : Hoodoo et magie , Lectures et généralités , Thérapie

Le vampirisme énergétique et émotionnel

  

Cet article est rédigé en me référant principalement au livre d’Arnaud Thuly Vampirisme énergétique paru aux éditions Alliance Magique. Pour aller plus loin après cet article je renvoie à la lecture de cet excellent ouvrage.

 

Vampirisme énergétique ou émotionnel ?

 

Loin des clichés Hollywoodiens commençons par définir les termes car il est bien précisé « vampirisme », pas « vol » :

 

Au sens littéraire, « Vampirisme » est défini par le dictionnaire Larousse comme « Avidité de ceux qui s’enrichissent du bien ou du travail d’autrui ». Rapporté aux domaines étudiés ici, cette avidité cible une source énergétique ou émotionnelle.

 

Dans le cas de vampirisme énergétique, la personne avide d’énergie se fournit chez d’autres personnes en les ponctionnant au niveau subtil.

 

Dans le cas de vampirisme émotionnel, la personne crée une enclave mentale et émotionnelle autour de sa victime pour la parasiter.

 

Le vampirisme émotionnel

 

De l’ami geignard qui vous fatigue à force de se plaindre au mari manipulateur, cette forme de vampirisme se catégorise dans plusieurs types d’actions :

 

Le pervers narcissique : Personnage bien sous tous rapports, socialement reconnu et apprécié, souvent même admiré. Il profite de son aura pour s’approcher de sa proie comme un prédateur en sapant progressivement sa confiance en soi et son estime. Il opère en manipulant la victime et son entourage pour que ses tromperies ne soient pas découvertes ou, encore pire, soient attribuées à la victime.

 

L’intimidateur : Proche du pervers narcissique, l’intimidateur dévalorise sans se cacher en profitant d’une position hiérarchique supérieure (travail, famille, association etc.). Il joue de la culpabilisation, de l’humiliation, de la peur et du harcèlement pour rabaisser sa victime et se valoriser lui-même.

 

Le fouineur : Le curieux qui cherche à tout savoir pour prendre le dessus sur sa victime, se rendre indispensable et se valoriser à ses yeux. Il s’insinue dans la vie quotidienne par des questions simples au début puis de plus en plus indiscrètes au fur et à mesure que son ascendance s’installe. La victime devient méfiante, se cache ou agit discrètement et ce déploiement d’énergie fini par profiter à son agresseur.

 

L’égotique : L’égotique est le centre du monde et les astres tournent autour de son nombril. Il génère de l’intérêt pour sa personne mais sans rien dévoiler de lui-même. Sa victime dépense beaucoup d’énergie à le connaître ou à attirer son attention. Petit à petit la victime devient psychologiquement obsédée par son bourreau. Celui-ci entretien la situation pour profiter de cette énergie psychique dépensée.

 

Le tragédien : La personne pour qui tout est un drame théâtral. Tout doit être parfait en permanence. La définition de cette perfection est toute personnelle et son comportement engendrera de nombreux conflits avec son entourage. Tous ces conflits ramènent l’attention sur le bourreau qui en profite bien.

 

Le dépressif : Il s’agit de la personne pour qui rien ne va et qui profite de chaque marque d’attention pour raconter ses malheurs. La victime finit par la plaindre, compatit, se met à sa place et toute votre attention est focalisée sur le bourreau. La relation devient épuisante à sens unique, le bourreau sortant régénéré de sa rencontre alors que sa victime est plus ou moins épuisée.

 

Ces types de vampirisme sont épuisants mentalement, émotionnellement et au final physiquement. Mais il ne se produit pas de transfert d’énergie direct entre le bourreau et sa victime. La fatigue ressentie est due à la pression psychologique exercée par le bourreau, pas à une ponction directe. Le bourreau est régénéré par le bien-être psychologique qu’il ressent face aux comportements de ses victimes.

 

Toutefois, le lien entre les émotions et l’énergie explique aussi qu’il se produit un transfert indirect entre le bourreau et sa victime. La victime se déleste de beaucoup d’énergie dans son environnement. Mais cette énergie est souillée par les mauvaises pensées induites par le bourreau. Une personne « normale » qui passera par là récupérera cette mauvaise énergie et serait affaiblie également (voir l’ambiance dans les open spaces). Le bourreau à un fonctionnement énergétique différent, il récupère l’énergie « abandonnée » par la victime et l’absorbe… Le patron tyrannique est donc un recycleur de mauvaises énergies. Dommage qu’il s’en serve pour entretenir son comportement psychologique pervers. Cela dit, les vampires émotionnels sont souvent également des vampires énergétiques. Si les deux mécanismes sont différents, il arrive souvent qu’ils cumulent les deux rôles.

 

Mais si cette forme de vampirisme est fatigante ce n’est pas comparable au véritable vampirisme énergétique.

 

Le vampirisme énergétique

 

Tout le monde à un système énergétique identique. L’homme est une pile qui se décharge la journée pour agir au quotidien et se recharge la nuit pendant le repos. Normalement la dépense ne doit pas être supérieure à la charge, sinon c’est la fatigue qui s’installe puis la maladie etc.

 

Mais un vampire énergétique fonctionne différemment. Sa dépense énergétique est supérieure à sa charge. Donc au lieu de se recharger uniquement de manière naturelle, la nuit, il ponctionne de l’énergie dans son environnement pour entretenir son mode de vie énergivore.

 

Cassons de suite la vision judéo-chrétienne du bien et du mal dans cette histoire. Il s’agit d’instincts naturels nécessaires à la survie. Pour survivre, le vampire doit se procurer plus d’énergie. Dans une vision manichéenne le vampire serait le mal et la victime le bien. Mais pour survivre, la victime doit se préserver du vol d’énergie et priver le vampire de sa source de subsistance, le condamnant ainsi à la souffrance et à la mort. Dans cette vision le bien est le pauvre vampire alors que le mal est l’égoïste victime… Ne demandons pas à un loup de devenir vegan sous prétexte que ce n’est pas bien de tuer un agneau. Ce sont des instincts primaires liés à la nature de l’être. Il faut donc apprendre à faire avec en connaissant le mécanisme d’action.

 

Beaucoup de vampires sont inconscients de leurs actes. Le mari hyperactif ponctionne souvent dans sa famille ou ses animaux l’énergie qui lui manque. La femme dit souvent en levant les yeux au ciel tout en souriant « Il m’épuise ! ». Le transfert se fait de manière inconsciente. Tout comme le porteur sain d’un virus transmet la maladie sans le savoir. Il doit être traité, pas tué.

 

Arnaud Thuly estime que 70 % des vampires énergétiques agissent inconsciemment, soit de manière innée, soit de manière acquise en se retrouvant dans une situation de manque énergétique comblé par une autre personne. Un mécanisme automatique acquis par l’expérience se met en place et durera aussi longtemps que le vampire n’en prendra pas conscience.

 

30 % sont des vampires sont volontaires ou intentionnels. Cette grande famille comprend des groupes différents :

 

Le survivant : Catégorie de vampires qui ponctionnent uniquement le besoin vital après un coup dur ayant vidé leurs réserves. Ils le font souvent après une maladie et généralement en accord avec le donneur, ne serait-ce que de manière inconsciente.

 

Le prédateur : Catégorie de vampire dont le vol d’énergie est un instinct de survie au point de le rendre malade physiquement s’il ne le fait pas. Ce manque peut se traduire par des compulsions physiques dérivatives avec des comportements déviant quel que soit le dérivatif. Lorsque le vampire ne sait pas encore qu’il en est un il se tourne vers des substances ou des actes hors normes pour tenter de compenser le manque. Cela peut aller vers des comportements autodestructeurs, des sports extrêmes, des drogues, de l’alcool ou plus simplement se jeter sur la nourriture.

 

Le magickien (Vampyre magick) : Ce sont des praticiens de la magie qui nourrissent leurs pratiques et leurs objectifs (pouvoir) avec l’énergie des autres. Les ponctions sont volontaires et totalement dénuées de toute moralité. S’ils ne sont pas très nombreux ils se multiplient par le biais d’internet et souvent leurs pratiques sont auto-initiées donc maladroites mais tout de même dangereuses.

 

Les entités vampiriques

 

Les entités sont des esprits ou des formes énergétiques plus ou moins indépendantes. Cette catégorie se nourrit de l’énergie humaine ou animale.

 

Citons les larves (sangsues énergétiques) peu dangereuses mais gênantes. Elles naissent de nos émotions négatives après un processus de maturation. Elles restent dans le milieu de création mais sont opportunistes et s’accrochent aux personnes passant à proximité pour s’en nourrir.

 

Les esprits désincarnés : Au moment de la mort une scission se fait au niveau des corps énergétiques de la personne. La partie consciente quitte le corps et s’élève. L’enveloppe énergétique reste sur place et continue à fonctionner de manière autonome comme le ferait une intelligence artificielle. Elle le fera tant qu’elle aura de l’énergie. Par le phénomène de hantise ces enveloppes vides peuvent se nourrir en vampirisant les vivants.

 

Les incubes et les succubes : Ce sont des entités se nourrissant de l’énergie sexuelle de leurs victimes. Leur origine remonte aux origines de l’humanité. Son apparence est celle d’une belle personne (homme pour les incubes et femme pour les succubes) profitant de la nuit, de la vulnérabilité et de l’inconscience de sa victime pour le soumettre à des désirs et fantasmes sexuels dans ses rêves. La victime se réveille perturbée et affaiblie.

 

Les symptômes de la vampirisation

 

Le vampirisme est un phénomène pernicieux car il agit souvent sans symptômes quand le vampire se contrôle et sait varier ses sources énergétiques. Autrement dit, il passe inaperçu s’il a beaucoup de victimes et qu’il ne prélève pas trop d’énergie sur chacune d’elles.

 

Dans la journée vous ne ressentirez souvent pas de symptômes durant une ponction comme vous pourrez l’avoir la nuit. Vous ne ressentirez qu’un coup de fatigue provisoire qui passera rapidement. La fréquence de ces baisses de forme et la récurrence des mêmes personnes à côté de vous dans ces moments peuvent orienter vers un vampire énergétique. Mais attention, entre le moment où vous ressentez le manque et celui de la ponction il a pu se passer du temps car vous piochez dans vos réserves avant de ressentir la fatigue. Donc pensez plus largement en termes de « qui ai-je rencontré ou touché à chaque fois dans les heures précédentes ? ».

 

Certains vampires ont besoin d’un contact physique pour poser leur « marque » sur la victime. Ils pourront ainsi plus facilement s’en nourrir durant la nuit ou à distance quand il en aura besoin.

 

Durant la nuit presque tout le monde sombre dans l’inconscience, les barrières mentales sont amoindries et le buffet à volonté de votre énergie est ouvert ! C’est donc la nuit que se produisent les plus importants actes de vampirisme énergétique.

 

La ponction se produit souvent lorsque la respiration ralentit et que s’installe une sensation d’étouffement et d’oppression au niveau de la poitrine. Cette ponction est courte et ne dure que quelques minutes. Elle se produit au moment où la conscience bascule dans l’inconscience et ainsi la victime ne se souvient plus de l’oppression.

 

Durant la phase d’inconscience les mauvais rêves (cauchemars) ou les rêves érotiques sont également un indice de vampirisation même s’il ne faut pas systématiser non plus.

 

Dans tous les cas, le processus de régénération est partiellement bloqué et le réveil se fait dans la grande fatigue, comme après une nuit d’insomnie.

 

Types de vampirisation

 

Si vous avez potentiellement identifié un phénomène vampirique, vous devez vous en préserver. Le vampirisme agit de plusieurs manières :

 

Vampirisation de contact : La ponction nécessite un contact physique ou visuel pour se faire. Elle se produit durant une poignée de main, une bise au bureau, une geste d’encouragement avec la main sur l’épaule etc. Mais le contact doit se faire de peau à peau ou les yeux dans les yeux. Les vampires très doués peuvent le faire d’un regard insistant sans contact direct avec les yeux de la victime mais dans ce cas elle ressent une pression consciente, généralement dans la nuque. Cette technique de vampirisation est très efficace du point de vue du vampire et permet donc une ponction rapide de grandes quantités d’énergies.

 

Vampirisme aurique : Lorsque la vampirisation de contact n’est pas possible, le vampire se contente d’une ponction dans l’aura de sa victime. La ponction sera moins efficace donc il cherchera à prolonger le contact en « traînant » autour de sa victime. Pensez aux personnes toxiques de votre environnement qui vous tournent autour pour un rien.

 

Vampirisme d’environnement : Le vampire développe son aura de manière à pouvoir se connecter de loin (plusieurs mètres) à plusieurs victimes en même temps. De cette manière il multiplie les sources de ponction afin de remédier à la faible efficacité de celle-ci.

 

Vampirisme à distance : Par différentes techniques acquises par le vampire (donc action volontaire de sa part), il va pouvoir puiser à distance (pas de limite) dans l’énergie de sa victime en créant au préalable un lien (physique ou magique) avec sa victime. C’est une affaire de professionnels du vampirisme…

 

Vampirisation sexuelle : Le vampire se nourrit énergétiquement durant l’acte sexuel, le plus souvent de manière inconsciente. Une MST magique dont peu de personnes ont conscience…

 

Vampirisation des songes : Les attaques ont lieu dans la nuit et durant le sommeil profond de la victime. Celle-ci se réveille fatiguée mais pense avoir simplement rêvé. C’est là le fait d’entités ou de magiciens talentueux.

 

Vampirisation profonde : Cette technique est la plus dangereuse de toutes. Elle puise dans l’énergie immédiatement disponible de la victime. La pile est vide de suite et le manque (et le malaise) se fait sentir immédiatement. Les vampires y ont peu recours car ils se font ainsi identifier facilement. Dans le cas de vampires inconscients les victimes sont tout de mêmes conscients qu’il y a un problème à chaque fois qu’ils les rencontrent et ils finissent par s’éloigner.

 

 

Quelques moyens d’action

 

La solution unique et parfaite n’existe pas Même rester cloîtré à la maison ne suffit pas car vous pourriez tout de même être la proie d’une entité vampirique. L’action est à adapter au type de vampirisation subit.

 

Voici quelques solutions parmi celles proposées par Arnaud Thuly :

 

Suppression des marqueurs et des liens

 

L’une des solutions est de devenir invisible aux yeux des vampires. Pour cela il faut retirer les marques et les liens qu’ils imposent pour retrouver les victimes à distance. Ces méthodes sont à refaire régulièrement et ne suffiront pas dans les cas de vampirisations graves mais elles constituent une bonne pratique régulière de l’hygiène énergétique.

 

1. La suppression des marqueurs passe par un bain ou une douche avec des produits purifiants spécifiques. Pour cela préparez un grand seau avec 150 gr de sel de mer non raffiné, le jus de deux citrons bio pressés frais et un grand verre de vinaigre de cidre. Mélangez jusqu’à dissolution du sel et rajoutez 3 bons litres d’eau chaude.

 

Mettez ce mélange dans le bain et profitez durant 15 minutes. Si vous n’avez pas de baignoire mettez le seau entre vos jambes dans la douche et faites ruisseler du produit le long de tout votre corps. Fermez les yeux, ça pique !

 

2. Faites brûler du benjoin de Sumatra et de la sauge blanche sur un charbon. Mettez-le au sol et placez-vous au-dessus pour vous immerger dans la fumée durant 10 minutes. Pensez à désactiver les détecteurs de fumée et à les réactiver quand vous aurez fini.

 

3. La suppression des liens se fait en toute conscience avec l’aide d’une puissance supérieure. Quelles que soit vos croyances, demandez l’aide d’un esprit de lumière suffisamment puissant pour défaire des liens. Visualisez sa main retirez tous vos liens, une épée flamboyante ou encore des ciseaux, peu importe mais faites-le avec sincérité et force de foi.

 

Devenir asocial

 

Les vampires agissant souvent par contact physique ou de proximité il convient d’éviter les contacts sociaux en cas de doute. Évitez de faire la bise au bureau, mettez des gants pour serrer la main du patron tyrannique… mais cela implique d’avoir repéré le vampire qui vous ponctionne. Dans le doute vous pouvez toujours devenir geek et rester chez vous sans voir personne (humour).

 

Créer une barrière hermétique

 

Il s’agit de créer une bulle d’énergie hermétique autour de soi par visualisation. De cette manière le vampire ne pourra pas déposer de lien ni ponctionner facilement votre aura. L’inconvénient c’est que cela isole aussi énergétiquement gens « normaux » et limite les interactions nécessaires au quotidien.

 

Cette méthode ne devra donc pas être permanente.

 

Perturber l’osmose

 

Ma méthode préférée. Elle implique de porter du fer pur à même la peau ou très proche de la peau. Le fer pur à l’étonnante (et méconnue) propriété de restreindre la propagation de l’énergie hors du corps (il crée une armure énergétique) et de perturber le contact énergétique. Par contact direct ou indirect le vampire ne peut plus vous ponctionner.

 

Arnaud recommande de porter des bagues en fer pur. Mais c’est un article très compliqué à trouver et les doigts de chacun étant de tailles différentes cela devient un vrai casse-tête. De plus si le fer n’est pas pur il va rouiller et souiller la peau.

 

J’ai donc adapté le processus en fabriquant des pendentifs intégrant du fer pur. Celui-ci est entouré d’un condensateur alchimique très particulier qui augmente les propriétés du fer. En surface une résine isolante et appliquée uniquement sur la partie visible. Cela laisse le fer en contact avec la peau de l’autre côté.

 

Ce système brise 95 % (valeur estimée… je ne tiens pas de statistiques de mes rencontres vampiriques) des tentatives de vampirisation.

 

Attention, le port de fer pur provoque une vive réaction d’adaptation au niveau des corps énergétiques. Physiquement cela se traduit souvent par des vertiges, une impression de lourdeur ou au contraire de légèreté. Ces sensations passent rapidement si le fer est porté longtemps pour que les corps énergétiques aient le temps de s’adapter.

 

Protéger le sommeil

 

Pour éviter les attaques nocturnes vous pouvez porter le fer durant la nuit. Mais il est aussi possible de protéger l’espace avec des résines spécifiques. Cette méthode agit en deux phases.

 

La première consiste à purifier la pièce. Le soir, une heure avant de vous coucher, faites donc brûler un mélange de 3 résines ou plantes au choix parmi la gomme ammoniaque, l’ase fétide, le camphre, le benjoin de Sumatra ou de la sauge blanche sur un charbon. Laissez la fumée agir 10 minutes puis aérez la chambre pour retirer une partie de l’odeur. Attention le camphre est à éviter en cas de problème cardiaque.

 

Puis, dans un second temps, faites brûler du storax et du sandaraque pour protéger le sommeil.

Partager ce contenu